Entreprises libérées ou collaboratives, appelez-les comme vous voudrez mais ces nouvelles formes de modèle organisationnel et managérial sont une réponse au système classique de management pyramidal qui est arrivé à bout de souffle !

Selon l’article du Monde de l’emploi du 2 février 2016  :

« Son théoricien le plus connu, Douglas McGregor (1906-1964), est un psychologue américain qui l’a dénommée « Théorie Y ». Moins connu, l’ancien syndicaliste et penseur français Hyacinthe Dubreuil (1883-1971) dessine un peu plus tôt l’entreprise fondée sur la liberté et la responsabilité des ouvriers. »

Lire l’article d’Isaac GETZ : Faire confiance est-il vraiment dangereux ? L’expérience Chrono Flex de l’«entreprise libérée» 

Retenons de cet article du Monde de l’Emploi  une définition qui illustre parfaitement le concept :

« C’est le respect et pas la peur des sanctions qui constitue la norme dans toutes les entreprises libérées. Et le respect ne menace personne. »

Dans une société étouffée par des concepts d’un autre temps, des alternatives à ce système archaïque s’avèrent indispensables. Le constat est clair. Si le travailleur n’est pas considéré au travail, s’il subit une pression constante de sa hiérarchie, il n’est plus performant et productif. Aussi bien que tout le monde est perdant.

Le nombre croissant de burn-out ou autre bore-out est bien significatif que le monde du travail est malade et que l’alternative est inéluctable.

Face à ce goulot d’étranglement, des entreprises au fonctionnement collégial et démocratique voient le jour laissant place à de nouveaux concepts originaux et innovants qui ont fait leur preuve.

Frédéric Laloux, sociologue et observateur avisé de ces nouvelles formes d’organisation, en atteste :

« Une nouvelle logique est en train d’émerger. Mon observation détaillée d’une douzaine d’organisations très variées montre un mode de gestion bien plus puissant et… tout aussi structuré ! C’est en effet un des malentendus les plus fréquents sur ces organisations qui abandonnent la hiérarchie traditionnelle : on tombe dans une représentation très hippie où il n’y aurait plus de règles, plus de structures, chacun faisant ce qu’il veut dans le grand bac à sable de l’organisation… Il ne s’agit évidemment pas du tout de cela. Dans ces nouvelles formes d’organisation, il y a tout autant de structures mais elles sont plus agiles, plus réactives et bien plus porteuses de sens que les modes d’organisation habituels. »

Lire l’article sur le blog de Nicolas Cordier : Vers des communautés de travail inspirées : réinventons nos organisations ! avec Frédéric Laloux et Jean-Louis Lamboray – Publié le 31 janvier 2016

Regarder l’interview de Frédéric Laloux sur Youtube 

Le blog Mediapart de Valentin Brunella : Entreprise libérée, l’organisation de demain ? Publié le 22 janvier 2016

Des exemples de projets réussis !

Aux Etats-Unis :

« Zappos, l’entreprise qui bannit les chefs »

« Filiale d’Amazon, l’entreprise Zappos a supprimé tous les échelons hiérarchiques. L’expérience – l’une des plus passionnantes en matière de management aujourd’hui – a fait fuir 15 % des salariés. Ceux qui restent cultivent l’esprit d’entrepreneur… teinté d’un léger grain de folie. »

Lire l’article des Echos Start du 16 janvier 2016

En France :

« Management : Toulouse accueille sa première communauté de « facilitateurs » »

« À Toulouse, une première communauté de facilitateurs se crée, en même temps qu’à Nice, Paris et Nantes. Elle veut diffuser cette nouvelle pratique du management de projets où les solutions sont trouvées collectivement, entre tous les collaborateurs, lors de séances de travail. La première réunion a lieu ce soir dans la Ville rose. »

Lire l’article de La Tribune de Toulouse du 3 février 2016

© [pelagie] / Fotolia

Publicités